L’avenir du travail dans les métiers du numérique

L’avenir du travail dans les métiers du numérique

Cet article a été rédigé par Julie K. du site Techwarn qui a eu l’amabilité de me proposer sa contribution. Merci.

L’avenir du travail dans les métiers du numérique

Saviez-vous que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore ? Et tous sont liés au numérique et digital. Les révolutions technologiques actuelles et les métiers du futur, voici les sujets que nous vous proposons d’explorer dans cet article.

Selon le rapport du World Economic Forum « The Future of Jobs 2018-2022 », quatre grandes avancées technologiques dirigeront l’économie de demain : l’ubiquité de l’internet mobile à haut débit, l’intelligence artificielle, l’analyse des mégadonnées (Big Data), et le cloud computing. Ces révolutions technologiques bouleversent notre environnement, et ce, tout industries confondues.

L’Internet des Objets ou un monde infini de possibilités

Grâce à Internet, notre société regorge aujourd’hui de technologies interconnectées, ces objets, que nous utilisons au quotidien (téléphone, voiture, machine à café, etc.) forment un réceptacle d’un des sujets les plus prometteurs de demain : l’Internet des objets ou IoT. Selon le cabinet Gartner, les derniers estimations s’élèvent entre 50 et 80 milliards pour les objets connectés d’ici la fin de l’année 2020.

Dans l’univers de l’IoT, le marché en plein boom est celui des « wearables », autrement dit, les accessoires de technologie portable. En 2020, les dépenses mondiales s’élèvent à 50 billion de dollars, soit une croissance 27 % de plus comparé à l’an dernier.

Aujourd’hui, plus de 70 % des jeunes souhaitent acquérir des technologies portatives : Apple watch, Google glass, Motiv Ring, ou encore Fitbit. Le wearable tech designer ressemble au métier actuel d’UX designer 2.0. À la différence qu’il doit maintenant prendre en compte la perception intuitive de l’utilisateur à l’égard du produit et son processus cognitif envers une technologie encore jamais utilisée.

Les possibilités liées à l’IoT sont presque sans limite et créent de nouvelles carrières dans tous les secteurs d’activité. Pour ne nommer qu’un exemple de métiers d’avenir du numérique, dans le secteur de l’agriculture, on voit de plus en plus apparaître l’ingénieur-technicien agricole. Son rôle est d’aider les agriculteurs à trouver le moyen le plus efficace de travailler leurs terres. Ce dernier implantera des capteurs d’humidité du sol, de pH et de nutriments, qui indiqueront si les plantes ont suffisamment de nourriture pour prospérer.

L’intelligence artificielle transforme le monde du travail 

L’intelligence artificielle n’a généralement pas bonne presse auprès du grand public et le débat qui lui est lié au sujet des pertes d’emploi est intense. Mais ces controverses semblent déjà se compter parmi les débats enterrés. 

Car une chose est sûre : l’IA va ostensiblement transformer le monde du travail. Et les tendances affirment que cette dernière créera plus d’emplois qu’elle n’en supprimera. Ce qui était perçu comme des technologies qui suppriment des tâches aux travailleurs, est en réalité, un vecteur d’amplificateur et d’augmentation des compétences. Il s’agit donc de retirer le fardeau des tâches répétitives et de donner l’opportunité à l’employé de se concentrer sur des tâches plus complexes et à plus grande valeur ajoutée. Les métiers seront donc ré-évalués, et ainsi, pour que la majorité des employés améliorent leurs compétences.

Le coach de robot, est également un métier qui suscite l’intérêt. En effet, dans un futur proche, tous les robots qui ont été créés dans les bureaux, les usines ou les hôpitaux auront besoin d’être évalués et améliorés. Et nous ferons donc de plus en plus appel à ce dernier.  Toujours en lien avec l’IA, on compte   le « chatbot master » parmi les métiers de demain. Ce profil sera en charge de gérer l’ensemble des personnages virtuels que nous rencontrons lorsque l’on visite un site : « Bonjour, je suis Léa, comment puis-je vous aider ? ».

Et à ce profil et afin d’obtenir un binôme de choc en phase de conception, on peut mettre en lumière le psydesigner. Ce dernier aura pour rôle de donner à nos assistants personnels : des valeurs et des traits de personnalité compatibles avec les nôtres.

Le Big Data et ses métiers : entrez dans la matrice

L’ensemble des GAFA, et au détriment des plus petits acteurs, ont été les premiers à miser sur ces sciences. Pour le beau résultat que l’on connaît aujourd’hui : cette certaine dictature de plus en plus décritée et une méfiance grandissante des utilisateurs. 

Des milliards d’octets sont créés tous les jours : chaque e-mail envoyé, photo publiée, transaction d’achat. Toutes ces données sont collectées et stockées, mais ce que les entreprises recherches c’est de les sécuriser et les exploiter.

Les nouveaux métiers liés au Big Data, se retrouvent en tête des jobs du numérique de demain. C’est entre autres, le Data Scientist : expert de la gestion et de l’analyse de données massives. Il récupère des millions d’informations disponibles grâce à Internet, puis créé des matrices permettant d’extraire des informations profitables pour l’entreprise. 

Et les autres métiers de demain dans le domaine de la data se déclinent en une multitude d’expertises spécialisées et des compétences très précises et recherchées. Comme le data architecte qui fait imagine une architecture globale pour l’ensemble des systèmes d’informations d’une organisation. Ou encore, le data designer, qui quand à lui, conçoit l’interface utilisateur en offrant différentes possibilités de data visualisation.

Ce marché explose littéralement : d’après un sondage réalisé par The Economist, 75 % des sociétés prévoient d’implémenter l’IA et le Big Data d’ici à fin 2020

Scénario très futuriste, mais nous pouvons également vous citer la multinationale informatique Cognizant qui imagine que dans un futur proche, le personal data broker qui nous aidera à monétiser nos données personnelles. 

Du Big Data vers le Cloud computing et la Cyber sécurité

En 2019, les fuites de données dans le monde sont en hausse de 33 % par rapport à l’année précédente, soit un total d’environ 665 millions d’enregistrements perdus.

Si les menaces de cyber attaques sont toujours plus nombreuses et plus complexes, protéger ces mines d’or d’informations représente un véritable enjeu.

Les sociétés ont maintenant recours au stockage de données à distance, par l’intermédiaire d’Internet : il s’agit du cloud computing.

Le métier phare est l’ingénieur cloud computing qui est en charge du stockage et de la gestion des données sur des serveurs situés hors de l’entreprise, dans des data centers, gérés à travers des VPN.

L’expert en cybersécurité représente lui aussi un des métiers très prisés de demain. Et ce,  autant pour les entreprises que pour les gouvernements. Il cherche à identifier les points faibles du système : analyse des menaces d’intrusion, définition d’un plan d’action. Tant de démarches nécessaires pour anticiper des pertes de données sensibles.

Vous avez aimez cet article ? Pensez à laisser un commentaire. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :